Une observation commune faite par la science à propos du comportement irrationnel des investisseurs - des heuristiques et des distorsions que les gens utilisent pour évaluer de nouvelles informations - est ce qu'on appelle le biais du statu quo.

Il doit également être considéré comme une conséquence directe de l'aversion pour la perte. C'est la tendance humaine à s'accrocher à l'état actuel. Les raisons en sont claires: la plupart des gens considèrent souvent que les inconvénients d’un changement éventuel sont plus importants que les avantages possibles.

Ce comportement peut être observé encore et encore avec les investisseurs. Après tout, l’homme n’agit pas comme un homo economicus, c’est-à-dire exempt d’émotions et de limitations cognitives. Au contraire, les investisseurs conservent trop longtemps les actions peu performantes en raison du biais du statu quo.

 

Partie 1 de la série:

Les plus grandes erreurs des investisseurs, Partie 1: Pourquoi les investisseurs se trompent-ils souvent

Partie 2 de la série:

La plus grosse erreur d’investisseur, partie 2: la cause du contrôle et de l’illusion

Partie 3 de la série:

Les erreurs les plus importantes des investisseurs, partie 3: motivées par votre propre estime de soi

Partie 4 de la série:

Les plus grandes erreurs, partie 4: Pourquoi l'ordre des informations est-il important?

Partie 5 de la série:

La plus grosse erreur d’investisseur, Partie 5: The Tunnelblick

Partie 6 de la série:

La plus grosse erreur d’investisseur, Partie 6: Le piège de la perception